Les infections croisées : 1 patient sur 20 serait concerné

Les infections croisées seraient la cause de 9 000 décès par an, dont la moitié concernerait des patients pour lesquels le pronostic vital n’était pas engagé.

Au-delà de cet effet délétère, ces infections augmentent considérablement les coûts d’hospitalisation car cela entraîne une augmentation de la durée du séjour, la prise d’un traitement anti-infectieux, un diagnostic et la surveillance du patient. La prévention pourrait ainsi faire économiser chaque année des millions d’euros à certains établissements.

infection-croisées-hygiene-mains

L’infection nosocomiale est une infection qui survient chez un patient au cours de son séjour hospitalier et qui n’est pas associée au motif pour lequel le patient a été pris en charge au préalable ; elle peut être due à l’environnement contaminé au sein de l’hôpital ou bien aux soins médicaux dispensés.

L’origine de ces infections peut être endogène, lorsque le patient est infecté par ses propres germes ; ou exogène, lorsque les germes se transmettent d’un patient à un autre par l’environnement aérien ou par le personnel soignant qui est un véritable vecteur de transmission. On parle alors dans ces 2 cas d’infection croisée ou encore de transmission croisée.

Ces infections touchent 1 patient sur 20.

Parmi ces germes, on retrouve par exemple Escherichia coli (bactérie de la flore intestinale), Staphylococcus aureus (staphylocoque doré) et Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique) ; mais aussi le Clostridium Difficile, germe qui se trouve généralement dans les intestins et qui est un véritable fléau dans la gestion des excretas.

lave-bassin-desinfection

Le Clostridium Difficile : premier agent responsable de diarrhées nosocomiales

Quand la flore intestinale est perturbée, la bactérie se prolifère, causant ainsi des troubles intestinaux graves. Contracté le plus souvent par les personnes âgées, cette infection est régulièrement associée à la prise d’antibiotiques car elle affecte la flore intestinale et peut ainsi favoriser la prolifération bactérienne. Plus de 80% des patients infectés pas le Clostridium Difficile sont sous traitement antibiotique.

Si ces infections croisées ne peuvent pas être totalement évitées, le respect des règles d’hygiène permet d’en diminuer le risque, notamment avec l’utilisation de lave-bassins, qui permet de vider, laver et désinfecter les bassins ou urinaux utilisés pour ces patients, afin d’assurer la prévention des infections croisées.