Lave Bassins VS Alternatives

La dispersion des BMR (Bactérie Multi-Résistantes) et BHRe (Bactérie Hautement Résistante émergente) et le risque épidémique à Clostridium difficile représentent un problème de santé publique majeur.

Lorsqu’un patient-résident est porteur de ce type de bactérie, il est important d’agir rapidement en évitant le risque de transmissions croisées par des surfaces contaminées, lors des soins ou de la manipulation des excreta.

En effet, les selles sont de véritables nids microbiens qui exposent les soignants, les patients et l’environnement à un risque élevé de contamination lorsqu’elles proviennent de sujets porteurs.

lave bassin vs alternatives

Le lave-bassin : une solution efficace ?

Selon la norme EN ISO 15883, le lave-bassin est un dispositif qui intervient dans l’élimination, le lavage et la désinfection des réceptacles à déchets humains permettant de garantir une gestion sécurisée des excreta.

Le lave-bassin est une solution efficace et ergonomique qui requiert un suivi rigoureux afin de bénéficier pleinement des avantages de ce type d’appareil.

  1. Après utilisation du bassin par le patient,
  2. Le bassin est acheminé avec son couvercle jusqu’au local vidoir dédié.
  3. Il est ensuite placé dans le lave-bassin dans lequel il effectuera son cycle de lavage.
  4. Ce n’est qu’une fois l’appareil enclenché et le cycle démarré que le soignant pourra ôter ses gants puis se frictionner les mains avec une solution hydro-alcoolique.

Le lave-bassin est un appareil ne nécessitant pas de liquide désinfectant à chaque cycle puisque son lavage thermique (par vapeur d’eau, température de 90°C pendant 6 secondes) garantit de manière significative la désinfection.

L’usage unique : une alternative aux lave-bassins ?

Depuis quelques années, la méconnaissance liée à l’utilisation des lave-bassins et aux risques associés, le turnover dans les équipes soignantes ainsi que le défaut de maintenance des appareils favorisent le recours à des méthodes alternatives, comme les protège-bassins (sac à usage unique).

Ces derniers sont parfois envisagés, notamment en cas de lave-bassin défectueux, d’infection à Clostridium Difficile ou lors d’épisodes de gastroentérites aigues.

Bien que les excreta ne soient pas en contact direct avec le bassin lors de l’utilisation d’un sac à usage unique, le lavage et la désinfection grâce au lave-bassin sont toutefois nécessaires pour éviter la transmission des infections croisées.

Afin de choisir la solution la plus adaptée à une stratégie de contrôle des infections, il convient de prendre en considération plusieurs facteurs notamment l’efficacité et le coût économique de la solution, l’impact environnemental, la sécurité et le confort des patients, mais aussi les préférences d’utilisation des soignants.

Une solution unique n’est sans nul doute pas une bonne solution. Si vous souhaitez un audit, cliquez sur le lien ci-dessous.

Je souhaite un audit