Les patients à forte corpulence n'aiment pas être étiquetés comme obèses

Les patients obèses peuvent retarder le recours aux soins en raison de l'embarras et de l'incertitude quant à la disponibilité de l'équipement pour supporter leur poids1.

(Extrait vidéo en Anglais sous-titré Anglais)

Soixante-seize Australiens2 ont donné un aperçu de la vie d'une personne en surpoids, en soulignant comment des étiquettes apparemment simples, même si elles sont bien intentionnées, peuvent causer de la détresse.

  • 80 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles détestaient ou n'aimaient pas le mot "obésité" et préféraient être appelées (étonnamment) grosses ou en surpoids.

"Obèse morbide, je déteste ça. Je déteste ce terme. Il me fait perdre la tête. Je ne suis pas morbide, je ne suis pas laid, je ne suis pas morbide, je suis heureux".

  • 50 % des participants ont déclaré avoir été humiliés ou avoir fait l'objet de commentaires désobligeants de la part de professionnels de la santé concernant leur poids et beaucoup ont eu le sentiment d'être mal compris.3

Comment y remédier ?

La réponse doit non seulement comprendre des stratégies techniques, mais aussi être en résonance avec les expériences de ceux qui en sont affectés.3 Tous les patients doivent être traités avec respect, dignité et compassion. Comment y parvenir ?

  • Un hôpital ou une clinique doit pouvoir accueillir un patient, quelle que soit sa taille, sans crainte de gêne ou de perte de dignité. Par exemple, des chaises plus larges et des toilettes accessibles pour les patients à forte corpulence et leur famille. L'équipement bariatrique doit être facilement accessible sans "faire d'histoires" pour le trouver et disposer d'un espace suffisant pour travailler.
  • Fournir des équipements, tels que des lits bariatriques, qui ressemblent le plus possible à des lits standard.
  • Utilisez un matelas à pression alternée avec une housse de gestion du microclimat pour réduire la survenue d'escarres et de lésions cutanées, qui peuvent entraîner des odeurs et de la gêne.
  • Utilisez un équipement discret de manutention au plafond pour les personnes obèses afin d'éviter que plusieurs personnes ne se rassemblent pour manipuler le patient manuellement - les patients en surpoids craignent de blesser les autres et être manipulés manuellement est loin d'être digne. Utilisez une combinaison de draps de lit et de harnais pour un accès instantané, moins d'efforts et plus de confort.
  • Les aides à la manutention des patients bariatriques peuvent contribuer à faciliter la manipulation sûre et plus digne des patients.
  • L'aide à la toilette et au bain peut être gênante pour tout patient, mais une personne en surpoids peut avoir des inquiétudes supplémentaires quant à la tolérance au poids de l'équipement. Le fait de disposer d'un équipement d'hygiène pour personnes obèses garantit à la fois le confort et la dignité du patient.
  • Éduquez ! Une étude récente a montré que "les directives de formation professionnelle pour le traitement sans jugement des patients obèses sont non seulement reconnues, mais aussi mises en œuvre "4. Un pas dans la bonne direction pour les soins aux personnes obèses !

Si vous devez construire ou adapter votre établissement de soins pour faire face à ces changements démographiques, vous pouvez vous rendre sur la page Arjo pour les architectes & prescripteurs.

Se rendre sur la page Architectes & Prescripteurs

http://www.aia.org/practicing/groups/kc/AIAS076325

2 Beitz JM. Providing Quality Skin and Wound Care for the Bariatric Patient: An Overview of Clinical Challenges. Ostomy Wound Manage. 2014;60(1):12-21

3 Thomas SL, Hyde J, Karunaratne A et al. Being ‘fat’ in todays world: a qualitative study of the lived experiences of people with obesity in Australia. Health Expectations. 2008;11:321–330

4 Nicholls W, Pilsbury L, Blake M et al. The attitudes of student nurses towards obese patients: A questionnaire study exploring the association between perceived causal factors and advice giving. Nurse Ed Today. 2015.

In press. http://dx.doi.org/10.1016/j.nedt.2015.11.009