Quelles sont les différentes phases d'un protocole de mobilisation précoce ?

Un protocole de mobilisation précoce qui inclut des exercices de mobilisation actifs ou passifs dans le lit et en dehors du lit, peut être prescrit afin d’aider au rétablissement du patient et ce, en toute sécurité et dans le respect de sa dignité.

citadel-lit-medicalise-service-reanimation

Mobilisation dans le lit

Quand la mobilisation en dehors du lit est contre-indiquée ou que les options sont limitées, il existe plusieurs méthodes pour aider à la réhabilitation et au rétablissement des patients confinés au lit.

Le repositionnement régulier 

Latéralisation-lit-hopital-mobilisation-precoceDes mouvements et étirements quotidiens sont importants si l’on veut maintenir l’état des articulations et la longueur des muscles.

Par ailleurs, la position latérale couchée est utilisée pour aider à l’évacuation des sécrétions pulmonaires, et notamment pour réduire le risque de pneumonie. Pour cela, il est nécessaire d’opérer des changements de position réguliers et de sélectionner des angles de rotation appropriés (1).

La verticalisation progressive

La verticalisation progressive peut permettre de limiter la détérioration de la fonction cardiaque et pulmonaire. Cela peut commencer avec le mouvement graduel vers la position verticale, en utilisant notamment la position Trendelenburg inversée ou Proclive.

 La position verticale

Cette position apporte des bénéfices supplémentaires par rapport à la position assise en favorisant le port de charge par les membres inférieurs, en empêchant ou en réduisant l’impact de l’immobilisation.

mobilisation-precoce-sara-combilizer-arjo

« Nous commençons par effectuer des mobilisations au lit en faisant travailler le patient de manière passive (…). Lors de son réveil, nous lui demandons de travailler avec nous afin d’activer davantage le renforcement musculaire. Nous nous servons également d’appareils (…) pour le renforcement des muscles et pouvons ainsi faire asseoir le patient dans un fauteuil pour pouvoir parfois le faire marcher ensuite. »5
Témoignage de Camille LONG, kinésithérapeute au service réanimation du CHU Nice-Pasteur 2.

Mobilisation en dehors du lit

Transfert du patient hors du lit

Quand un transfert hors du lit en position couchée est prescrit, les draps de transfert (ou draps de glisse) permettent d’aider le soignant grâce à un très faible frottement et à une excellente capacité de glisse.

Si le patient est en capacité de réaliser des transferts dits « actifs assistés » en dehors du lit, on peut utiliser un lève-personnes qui permettra de le transférer de la position couchée à la position assise. Le transfert de patients dans des unités de soins intensifs requiert une attention toute particulière en raison, notamment, de la logistique et des multiples câblages et équipements que l’on rencontre souvent dans ce type d’unité.

S’asseoir au bord du lit

Que le patient soit ventilé ou non, le processus pour asseoir un patient au bord du lit constitue une part importante du programme de mobilisation précoce. En effet, ce processus fournit une information vitale par rapport à l’équilibre du patient et à la tonicité des muscles du tronc, mais aussi par rapport à sa stabilité physiologique, en réponse aux changements de position. Une fois que cette analyse est réalisée, un programme individualisé peut être défini. Durant les premières phases, des équipements spécifiques et une gamme de solutions dédiées à la mobilisation précoce peuvent être requis.

S’asseoir en dehors du lit

Le transfert vers la position debout permet d’améliorer les fonctions cardiovasculaires et respiratoires 2,3. Le fauteuil fournit un support au tronc, alors moins sollicité d’un point de vue respiratoire, contrairement à la position assise au bord du lit1. S’asseoir dans un fauteuil permet également de bénéficier de stimulus neurologiques pour l’aide à la marche et la réorientation4. Enfin, on peut noter des bénéfices psychologiques positifs dès lors où l’on sort du lit.

La position debout dite « passive »

Quand cela est possible, en particulier pour les membres inférieurs, la pratique d’exercices est vivement encouragée afin de stimuler la circulation et le retour veineux.

La position debout peut être utilisée pour des patients qui ont encore un équilibre limité et qui ne sont pas capables de se tenir debout. La position proclive totale permet d’être en position debout afin de connaître rapidement les bénéfices souhaités.

 La position debout dite « active »

 Une fois que le patient est capable de se maintenir en équilibre avec une aide minimale et de bouger ses jambes en luttant contre la pesanteur, il est prêt à se mettre debout. L’utilisation d’un verticalisateur est une solution pour les patients qui aimeraient se tenir debout par eux-mêmes. En effet, le verticalisateur permet au patient de « participer » à sa verticalisation ou à son transfert, de le sécuriser et de sécuriser l’équipe soignante.

La marche

Quand les patients sont capables de se tenir assis au bord du lit, on peut réaliser plus d’exercices, de mises en position debout et de déambulation.
En augmentant graduellement la force musculaire et l’endurance, l’autonomie fonctionnelle va s’améliorer et les bénéfices psychologiques pour le patient vont se faire ressentir. Au fur et à mesure, le patient va devenir de plus en plus indépendant et les améliorations vont être de plus en plus tangibles.

Des lits médicalisés avec systèmes thérapeutiques Citadel™ ou Total Lift Bed, à l’appareil multifonctionnel Sara®Combilizer, en passant par les draps de transfert et les lève-personnes, Arjo propose une gamme de solutions complètes permettant d’atteindre les objectifs de mobilité fixés, en toute sécurité et dans le respect de la dignité du patient.

Pour plus d’informations sur la mobilisation précoce et ses différentes phases mais également sur ses causes, cliquez sur le bouton ci-dessous pour télécharger la Synthèse des preuves cliniques.

Indigo_1Je souhaite télécharger la synthèse des preuves cliniquesEn savoir plus sur la mobilisation précoce

1 Parry, S.M., Knight, L.D., Connolly, B. et al. Factors influencing physical activity and rehabilitation in survivors of critical illness: a systematic review of quantitative and qualitative studies. Intensive Care Med. 2017; 43: 53

2 McWilliams, D.J., Westlake, E.V., Griffiths, R.D. Weakness onthe Intensive Care Unit – Current Therapies. British Journal of Intensive care. 2011 Summer edition. pp. 23-27

3 Chang AT, Boots RJ, Brown MG, et al. Ventilatory changes following head-up tilt and standing in healthy subjects. Eur J Appl Physiol. 2005;95(5–6):409–17

4 Gillick BT, Marshall WJ, Rheault W, Stoecker J. Mobilitycriteria for upright sitting with patients in the neuro/trauma intensive care unit: an analysis of length of stay and functional outcomes. Neurohospitalist 2011; 1: 172–177

5 BOCCARI, Tania, « ArjoHuntleigh se positionne en faveur de la mobilisation précoce », in Hospitalia, n°38, octobre 2017, page 41