Comment choisir la solution de transfert adaptée au niveau de mobilité du patient ?

La manutention des patients-résidents représente une tâche quotidienne dans les établissements de soins, pouvant entraîner des risques de blessures tant pour les soignants que pour les patients-résidents. Ces risques de blessures ont mené au développement des programmes Safe Patient Handling.

Ces programmes favorisent le développement de processus et d’enseignements ainsi que l’identification d’équipements et de technologies participant à la sécurité des soignants et des patients-résidents. Un des aspects de ce programme consiste, notamment, en la fourniture d’équipements médicaux, tels que les solutions de transfert, qui aident alors dans les tâches de transfert quotidiennes, comme par exemple :

  • Le passage de la position couchée à la position assise ou de la position assise à la position debout
  • Les transferts latéraux ou en décubitus dorsal
  • Le repositionnement dans le lit ou dans le fauteuil

Durant ces tâches de manutention, des équipements sont utilisés en fonction du niveau de mobilité du patient.

image-corporate-arjoComment font les soignants pour choisir la solution de transfert adaptée ?

Le niveau de mobilité du patient est une donnée importante quand il s’agit de choisir les aides appropriées et prévoir l’espace suffisant. 

Il est particulièrement important de sélectionner un équipement qui encourage le patient-résident à se tenir debout seul et à utiliser toutes ses fonctions physiques (quand cela est possible) permettant ainsi au patient-résident de conserver un plus grand degré d’autonomie et de mobilité.1

Arjo a développé des tableaux indiquant les aides adaptées au niveau de dépendance du patient-résident. Des outils similaires existent dans le CEN/ISO TR 12296(16)2. Tandis qu’aux Etats-Unis, des algorithmes, comprenant une sélection d’équipements, sont couramment utilisés. En Europe, des directives cliniques existent, utilisant généralement un système de classification comprenant 3 à 5 niveaux de mobilité.

Chez Arjo, nous avons développé notre Mobilithèque (ou Galerie des résidents), afin de classifier ces 5 niveaux de mobilité, avec les lettres A, B, C, D et E, correspondant aux personnages suivants : Albert, Barbara, Carl, Doris et Emma (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

mobilitheque-galerie-residents-arjo-mobilite-transfertDifférentes solutions de transfert pour des résidents différents

Le tableau ci-dessous montre les différentes solutions de transfert et leur application aux différents niveaux de mobilité fonctionnelle de la Mobilithèque (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

lit-transfert-patient-resident-mobilitePar exemple, nous pouvons conclure qu’avec la mobilité d’Albert, un faible besoin existe quant à l’utilisation d’un équipement. De plus, un patient qui a la mobilité de Barbara peut nécessiter un verticalisateur non motorisé qui l’aide à le transférer de la position assise à la position debout. Tandis qu’un patient comme Carl peut avoir besoin d’un verticalisateur motorisé, couramment utilisé dans le cadre d’un processus de mobilisation précoce ou de rééducation. Enfin, des patients disposant d’une mobilité limitée, voire nulle, tels que Doris ou Emma, auront besoin d’un lève-personne au sol ou au plafond.

Vous souhaitez en savoir plus ? Lisez les articles suivants :

Comment les outils de classification des patients peuvent-ils aider à fournir des soins efficaces et adaptés ?

 3 prérequis pour parvenir à la mobilité du patient

References :

1. ARJOHUNTLEIGH GUIDEBOOK For Architects and Planners Functional Design for Mobilisation and Ergonomics 4th edition, 2015,(p.24)

2. CEN//ISO TR 12296  (16)– 2013 Ergonomics - Manual Handling of People in the Healthcare Sector

3. Nelson A.L., Motacki K., Menzel N., The illustrated guide to safe patient handling and movement, Springer, 2009